Bonnes Pratiques de Production au niveau d’un Verger d’Agrume

0
208
Bonnes Pratiques de Production au Niveau d'un Verger d'Agrume
Bonnes Pratiques de Production au Niveau d'un Verger d'Agrume

Contents

Bonnes Pratiques de Production au Niveau d’un Verger d’Agrume

Bonnes Pratiques de Production au Niveau d'un Verger d'Agrume
Bonnes Pratiques de Production au Niveau d’un Verger d’Agrume

dans les précédentes publications nous avons abordé les exigences et besoins des agrumes, la préparation de la parcelle et la plantation proprement dite. dans la continuité nous allons aborder la conduite et l”entretien d’un verger d’agrume; bonne lecture à tous .

Entretien et conduite d’un verger d’agrumes :

1. Entretien du sol :

Le travail du sol est important pour améliorer sa perméabilité, réduire les pertes d’eau par évaporation, assurer une bonne aération et détruire les adventices.
Compte tenu de la fragilité du système racinaire, il est nécessaire de :
– Agir par des façons superficielles au lieu des labours profonds;
– Eviter le compactage du sol lié à l’emploi de tracteurs notamment après les irrigations et les pluies ;
– Alterner les opérations mécaniques par l’utilisation d’outils à disques et à dents pour éviter la formation d’une semelle de labour imperméable.
– Effectuer un entretien (mécanique ou manuel) par des binages aux pieds des arbres,
– Faire un sous-solage tout les quatre ans, en cas de sol battant, pour détruire la semelle de labour.
– Intervenir avant la floraison des adventices.

2. Irrigation :

Sous notre climat, l’irrigation est nécessaire dès le printemps et jusqu’à l’automne, à une époque où la demande climatique (évapotranspiration de la culture) excède la réserve en eau du sol. Le déficit hydrique influe sur la floraison, la nouaison et le calibre définitif des fruits, d’où la nécessité de bien respecter les doses et les époques d’irrigation. il faut éviter le contact de l’eau avec le tronc (risques de développement de la gommose à phytophtora),
Système localisé (goutte à goutte).

3. La taille des agrumes :

La taille comprend un ensemble d’opérations destinées à donner aux arbres des formes et dimensions qui permettent d’améliorer la régularité et la rentabilité de leur production.

Taille de formation

La taille de formation consiste à former l’ossature de l’arbre sur quatre charpentières bien réparties et espacées de 10 cm. L’année qui suit est consacrée à la formation des sous-charpentières (2 à 3 par charpente-mère).
Éliminer également par des pincements tous les gourmands.

Donner à la frondaison une forme de sphère surbaissée (proche du port naturel des agrumes) afin de faciliter la cueillette et permettre une bonne alimentation des charpentières et sous-charpentières.

Taille de fructification:

Une fois que l’arbre est entré en production, il suffit de l’entretenir à raison d’une taille effectuée après la récolte (avant l’émission de nouvelles pousses de l’année). Elle consiste à dégarnir légèrement l’intérieur de l’arbre, éliminer les branches enchevêtrées, le bois sec, les gourmands (s’ils ne sont pas à conserver pour remplacer une des charpentières perdues), les branches chétives ou malades afin d’assurer une bonne aération de l’arbre et pénétration des produits phytosanitaires.
Ce type de taille permet aussi de limiter l’alternance de la production qui affecte surtout le Mandarinier et le Clémentinier.

4. La fertilisation :

Les agrumes exigent, en général, une fertilisation principalement azotée et phospho-potassique afin d’atteindre un niveau de production élevé et surtout régulier. Les principaux éléments nutritifs à apporter sont : N, P, K. Le Ca et Mg occupent la deuxième place au moment où d’autres éléments sont également mobilisés en plus faibles quantités appelées oligo-éléments, il s’agit du Zn, Fe, Cu, etc. Lorsque le sol est dépourvu de ces éléments, des carences se manifestent et influent sensiblement sur la vigueur et la résistance de l’arbre aux maladies, par voie de conséquence une réduction dans la longévité et la productivité de l’arbre.

Fumure organique : Utilisée sous forme de matière organique (fumier, fiente de volailles, gadoues, compost débris végétaux, engrais vert), enrichit le sol en éléments fertilisants et améliore ses propriétés physico-chimiques.

Fumure minérale : Ce sont des apports complémentaires d’engrais chimiques qui répondent aux besoins de l’arbre, apportés à des époques bien déterminées.

Les apports doivent être déterminés et calculés en fonction des analyses du sol et des analyses foliaires.



Suivez Nous sur: Facebook, PinterestTwitter

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.