LA STRATEGIE DE DEVELOPPEMENT RURAL EN ALGERIE 

0
231
developpement rural en algerie
developpement rural en algerie

Contents

LA STRATEGIE DE DEVELOPPEMENT RURAL EN ALGERIE

developpement rural en algerie
developpement rural en algerie
  • La définition des éléments de stratégie de développement rural durable a été accompagnée d’une tentative d’inventaire et de l’élaboration d’une cartographie des connaissances sans précédent portant sur le monde rural algérien.
  • Dès l ‘installation du Ministère délégué au Développement Rural, des organisations internationales (FAO, PNUD, Banque Mondiale, CIHEAM…), des bureaux d’études (CENEAP et BNEDER, des universitaire et des expert-consultants privées ont été mobilisées pour produire
  • d’une part, des études- portant sur les communes rurales(situation sociale et matérielle, conditions économiques, contexte écologique, état des organisations communautaires et des institutions de developpement rural), les contraintes et attentes des populations, d’autre part contribuer, à la définition de la stratégie algérienne de developpement rural

STRATEGIE

  • Ce terme, qui est toujours lié à l’habilité à diriger et coordonner des actions afin d’atteindre un objectif

      Initialement, il s’agit de l’art de coordonner l’action de l’ensemble des forces de la Nation  (politiques, militaires, économiques, financières, morales… ) pour conduire une guerre, gérer une crise ou préserver la paix.

      Par suite et par extension,

    c’est l’art de diriger et de coordonner des   actions pour atteindre un objectif.


STRATEGIE  ET  PROGRAMMATION

  • La stratégie consiste à la définition d’actions cohérentes intervenant selon une logique séquentielle pour réaliser ou pour atteindre un ou des objectifs. Elle se traduit ensuite, au niveau opérationnel en plans d’actions par domaines et par périodes, y compris éventuellement des plans alternatifs utilisables en cas d’évènements changeant fortement la situation.


STRATÉGIE  ET  PLAN DE DEVELOPPEMENT

  • Le plan est l’œuvre qui découle d’un raisonnement linéaire qui privilégie la tension entre objectifs et contraintes. Il s’agit d’atteindre les objectifs tout de suite en éliminant tous les obstacles par la contrainte.
    Le raisonnement stratégique est de nature plus complexe : il intègre les ressources dans les données du problème car le fait de disposer ou non des ressources suffisantes peut conditionner fortement la définition des objectifs. La « bonne » stratégie ne peut évacuer a priori la question des ressources : Elle peut conduire en effet à renoncer à des objectifs pressentis comme « irréalistes » ou du moins à les reformuler.

STRATÉGIE CROISSANCE  ET  DÉVELOPPEMENT 

     La politique économique se réfère au concept de stratégie de développement. Si une telle stratégie veut englober  toutes les dimensions de la société civile (exigences des parties  prenantes, analyse du contexte de l’entreprise, prise de responsabilité, perception précoce et conscience face aux risques…), elle ne peut se limiter aux aspects strictement économiques de la stratégie, mais doit au contraire intégrer les aspects environnementaux et sociaux dans une vision globale de la gouvernance de type développement  durable.

  • La gouvernance consiste en la participation de tous les acteurs (citoyens, entreprises, associations, élus…) au processus de décision; elle est de ce fait une forme de démocratie participative

Concept de Développement 

Le terme de développement, utilisé dans les sciences humaines, désigne l’amélioration des conditions et de la qualité de vie d’une population, et renvoie à l’organisation sociale servant de cadre à la production du bien être

  • La croissance mesure la richesse produite sur un territoire en une année et son évolution d’une année à l’autre, Elle ne dit rien, en revanche, sur ses effets sociaux. Elle n’informe donc que peu sur le niveau de vie et encore moins sur la qualité de vie
  • La croissance peut contribuer au développement, mais tel n’est pas toujours le cas et on parle de croissance sans développement quand la production de richesse ne s’accompagne pas de l’amélioration des conditions de vie
  • Inversement, même en l’absence de croissance, la priorité donnée aux productions les plus utiles et une plus grande équité dans la distribution des biens produits améliore les conditions de vie des populations et crée du développement. Amélioration du bien-être, le développement relève donc davantage du qualitatif que du quantitatif

CONCEPT LE RURAL

     il désigne des territoires à faible densité, des espaces à activités agricoles dominantes et des paysages

      Nous avons ainsi une définition basée sur la population, qui qualifie le rural en termes de  populations denses, intermédiaires et faible, les activités agricoles/sylvicoles …,campagne ressource les paysages (forets prairies champs ), campagne  nature

ESPACE RURAL

      L’espace rural se caractérise par une densité de population relativement faible, par un paysage à couverture végétale prépondérante (champs, prairies, forêts, autres espaces naturels), par une activité agricole relativement importante, du moins par les surfaces qu’elle occupe.

DEVELOPPEMENT RURAL
DEVELOPPEMENT RURAL

CONCEPTS  LIES  AU  DEVELOPPEMENT


le concept du développement se  voit  de  plus  en  plus  joindre  de nouveaux  qualificatifs  dont  nous  essayerons  d’expliciter  certains comme  suit :

CONCEPT LIEE AU DEVELOPPEMENT
CONCEPT LIEE AU DEVELOPPEMENT

LE DEVELOPPEMENT DURABLE

    Le développement  durable  répond  aux  besoins  du  présent sans  compromettre  la  capacité  des  générations  futures  de répondre  à  leurs  propres  besoins ».

  • le concept de « besoins », et plus particulièrement des besoins  essentiels  des  plus  démunis, à qui il convient d’accorder  la  plus  grande  priorité ;
  • l’idée des limitations que l’état de nos techniques et de notre organisation sociale impose sur la capacité de l’environnement à répondre aux besoins actuels et à venir. »
  • Définition Commission mondiale sur l’Environnement et le Développement. C’est une commission d’experts. Commission BRUNDTLAND
  • les activités économiques vitales  ne tiennent  pas compte  des  limitations  environnementales, elles altèrent  à terme  leur  propre base nourricière et, par la même occasion, mettent en péril la base écologique des ressources  permettant aux  générations  futures de répondre  à leurs besoins.

DIAGRAMME DU DEVELOPPEMENT DURABLE

CONCEPT DE DEVELOPPEMENT DURABLE
CONCEPT DE DEVELOPPEMENT DURABLE
  • L’objectif du développement durable est de définir des schémas viables qui concilient les trois aspects écologique, social et économique des activités humaines : « trois piliers » à prendre en compte par les collectivités comme par les entreprises et les individus. La finalité du développement durable est de trouver un équilibre cohérent et viable à long terme entre ces trois enjeux. À ces trois piliers s’ajoute un enjeu transversal, de plus en plus considéré comme « le quatrième pilier du développement durable », indispensable à la définition et à la mise en œuvre de politiques et d’actions relatives au développement durable : la gouvernance
  • La gouvernance consiste en la participation de tous les acteurs (citoyens, entreprises, associations, élus…) au processus de décision; elle est de ce fait une forme de démocratie participative
  • Pour atteindre les objectifs du développement durable, il faut notamment faire appel à des ressources naturelles, minérales et vivantes qu’on peut selon leur  vulnérabilité  classer en « pas, peu, difficilement, coûteusement ou lentement renouvelables ». Les aménageurs et gestionnaires peuvent alors chercher à les restaurer, les protéger et les économiser, et le cas échéant à compenser ses impacts(actions)

    DEVELOPPEMENT PARTICIPATIF

  • Le développement participatif, basé sur le principe de l’approche participative sous-entend une vision du développement qui accorde une place privilégiée à l’implication des populations à la définition des problèmes locaux, à l’identification des solutions et à leur mise en œuvre, afin de contribuer à donner plus d’efficacité et de durabilité aux programmes qui en résultent.
  • L’émergence de ce concept en Afrique, à la fin des années 1970 (début 1980), découle du constat des limites des stratégies de développement adoptées au cours des deux premières décennies des périodes postcoloniales
  • Ces approches qui étaient centralisées et verticales, ne laissaient  aucune  place  à une  participation  des populations  aux  processus  de  prise  de décisions. Au contraire, l’Etat s’est positionné comme étant en mesure de définir lui-même les besoins des populations et de décider des actions nécessaires pour les satisfaire alors que « le seul moyen de réussir une politique c’est d’en confier la réalisation à ceux qui ont intérêt qu’elle réussisse » (Muller 1992).

DEVELOPPLEMENT AGRICOLE

  • « le développement agricole consiste essentiellement à augmenter le volume des récoltes, globalement ou pour certains produits seulement. Cette augmentation se fait en augmentant les rendement par une meilleures utilisation des terres ou des autres facteurs limitants ». MORIZE (1992)
  • De nos jours, le développement agricole inclue davantage la notion de :

     – durabilité pour protéger l’environnement

     – qualité pour améliorer le régime alimentaire des populations ou pour répondre aux exigences du marché.

  • La vulgarisation agricole est un moteur clé du développement agricole puisque ce dernier passe inconditionnellement par l’introduction de nouvelles productions (animales et végétales), par l’amélioration des techniques de production et par l’information et la formation des agriculteurs.

LE  DEVELOPPEMENT  RURAL

  • Le developpement rural est la transformation positive et durable du milieu rural en faveur du facteur humain et des différentes activités in situ, en particulier l’activité agricole, par la mise en place ou le renforcement des infrastructures de bases nécessaires.
    Selon MORIZE (1992): « Le developpement rural consiste à améliorer tout l’environnement de l’agriculteur, considéré cette fois comme le principal bénéficiaire. Il porte à la fois sur les routes, les villages, la santé, l’éducation et sur tous les services économiques et sociaux susceptibles d’améliorer non seulement la fonction productive, mais aussi le bien être social ».
  • Ces différentes définitions mettent en évidence la forte corrélation qui existe entre le développement rural qui est un aménagement de l’espace rural et le développement agricole qui est augmentation des rendements des activités agricoles.
  • On perçoit en effet que le développement rural est infrastructurel et cela constitue une base incontestablement importante pour asseoir un développement agricole solide.

DEVELOPPEMENT  LOCAL

  • Le développement local est né du constat que les politiques macro-économiques et les mesures sectorielles nationales ne s’avèrent pas très efficaces pour résoudre les problèmes qui se posent chaque jour à l’échelle locale et régionale en matière de développement économique et social.
  • l’approche du développement local est originale parce qu’elle permet de mobiliser et de stimuler les éléments dynamiques et les ressources de la collectivité en vue de susciter de nouveaux projets, de déclencher et d’accompagner les processus individuels et collectifs de changement et de développement.
  • l’impulsion ne viendra pas de l’extérieur mais de l’intérieur et pour ce faire, un ensemble d’actions seront engagées pour mettre le territoire en état de se développer et dès lors, de générer des initiatives créatrices d’emplois.
  • le développement local endogène n’exclut pas d’aide venant « d’en haut ». La complémentarité des niveaux endogène et exogène est indispensable. En effet, le premier niveau (endogène) mobilise la population, stimule les idées innovantes, élabore des projets, met en valeur les ressources disponibles, rehausse la volonté et la capacité d’agir, tandis que le second niveau (exogène) procurent les aides en matière d’investissement structurant, de formation, de financement, de support technique, de pouvoir décentralisé… ( VACHON 2001)

DEVELOPPEMENT INTEGRE

  • le développement intégré est un développement logique et rationnel, visant dans un but de croissance, tous les aspects qui dépendent les uns des autres, de manière à n’oublier aucune des conditions nécessaires à ce développement ». MORIZE 1992
  • Le développement intégré a alors une vision globale et systémique dans les approches, contrairement  à l’approche sectorielle
  • En effet le développement intégré, global ou systémique considère le milieu d’intervention comme un système c’est-à-dire comme « un ensemble d‘éléments interactifs, organisés et finalisés » (BOUKHARI, cours 2003).

CONCLUSION

  • Après cette série de définitions relatives au développement, il est évident que le mot quelque soit le qualitatif attribué(durable ,rural , participatif local ,intégré )se rapporte toujours au changement, à la transformation à l’amélioration d’une situation à une autre jugée préférable
  • pour se concrétiser en réalité sur le terrain il faudrait œuvrer davantage pour l’élaboration de programmes de développement pertinents. Ce travail doit se faire avec des stratégies bien élaborées et des objectifs réalistes sous des conditions politiques privilégiant la démocratie, la transparence, la bonne gouvernance et la prise en considération de certains nouveaux concepts comme la mondialisation.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.